Deprecated: mysql_connect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/ConnectBDD.php on line 5
Chronique d'une xénophobie ordinaire | La parole est à l'accusation

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 70

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 71

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 72

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 73

La parole est à l'accusation


Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 112

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 113

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 114

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 115

L'an deux mille dix,
Le 17 janvier à dix-sept heures.

Nous, accusateurs
en fonction

Combattant pour le retour d'un genre humain moins dépravé,
Étant au service
Poursuivant l'enquête en matière de flagrance humaine,
Avons mandé et constatons que se présente à nous :

« Chronique d'une xénophobie ordinaire »

Ah, Internet, une des meilleures inventions humaines. Sous prétexte d’être dématérialisé, on s’imagine à l’abri de la haine de son prochain… Et pourtant, on arrive toujours à trouver des hordes de supporters de théories au moins aussi aberrantes que les idées qu’elles soutiennent.

Lors d’une flânerie sur un site dit « social », j’apprends qu’être français peut devenir une source de fierté[]. Rassembler les gens autour d’une identité commune n'est pas nouveau, ici, nous pouvons donc admirer une meute de personnes à l’esprit aussi hermétique qu’un Tupperware. Point commun entre tous ces individus ? Être nés en France. Bienvenue donc à Ginette, Jean-Pierre, Paulette, Jean-Jacques, etc, qui partagent la même appréciation du vin rouge, du saucisson et la « bonne chair » (en kikoolol dans le texte). Aucune référence à un état d’esprit hérité des Lumières, car il est clair que ses membres n’en sont pas… Le lien reliant ces personnes est la haine de l’étranger : la xénophobie est assez actuelle – nous y reviendrons en détail, je puis vous l’assurer –, profitons en ! Que celui qui ne se retrouve pas devant son poste de télévision les soirs de Coupe du monde, la main sur le cœur pour chanter la Marseillaise, qui ne permet pas aux producteurs viticoles de survivre grâce à l’achat de fûts de vin, qui refusera de manger un rôti de porc soit chassé de ce pays, car il ne partage pas les mêmes valeurs ! Adieu donc toutes les personnes dont le nom n’a pas cette consonance européenne et même française : plus de Nisrine, ni de Mohammed. Quant à Fabiola, Heng, Sarah et Yacine, qu’ils partent aussi, puisqu’ils n’appartiennent pas au groupe.

La défense arguera que je n’ai pas encore donné d’exemples pour appuyer ma thèse, concluant aussitôt qu’elle est non valide. Soit, puisqu’il me faut prouver mes dires, prouvons donc. Regardons un sujet de ce même groupe nommé Antifrançais : une menace reel[] : nous pouvons d'ores et déjà admirer l'orthographe développée de ses concepteurs ! L’identité française ne passe-t-elle pas également par la maîtrise de sa langue ? Dans ce cas, ce groupe se targuant d’être Français ne respecte pas les bases de son identité ! Contradictoire, n’est-ce pas ? Et encore, ceci n’est que l’intitulé de la discussion, explicitons donc la pensée profonde de ces personnes – ou du moins, partons du principe qu’il peut en exister une – et conservons l’orthographe pour vous montrer, chers jurés, leur logique imparable.

  • Jean-Claude Irvoas : massacré pas 3 racailles dans un quartier d'Epinay alors qu'il photographiait des réverbères conçus par sa société au début du mois de novembre 2005 : ah, je ne pouvais espérer un plus beau raccourci ! Les agresseurs se voient octroyés du doux nom de racaille. Or, depuis quelques années, ce terme désigne principalement les personnes vivant en banlieue, lieu que l’on associe aux immigrés et à leur descendance(1). Voici les agresseurs devenus des « étrangers » par la magie des mots. Mettons-nous bien d’accord : quelle que soit la personne perpétrant une violence, sa nationalité, son âge, son sexe, c’est quelque chose d’inacceptable. Dans ce cas, pourquoi avons-nous besoin de préciser l’origine des personnes ayant attaqué cet homme ? Serait-ce lié à une volonté de créer et de maintenir la peur, en stigmatisant ces fameuses banlieues et leurs barres d’immeubles ? De montrer que seuls les « méchants étrangers »(2) sont belliqueux, contrairement aux « bons français », qui eux, n'oseraient commettre de tels actes ? Très bien, dans ce cas, oublions les violences domestiques, les crimes, les délits mineurs, etc. Après tout, si nous remontons suffisamment dans leur arbre généalogique, Landru et Joseph Vacher (deux tueurs en série français)ont certainement des origines étrangères !

    Tâchons de satisfaire la défense et prenons un second exemple :

  • Jean-jacques le Chenadec : agressé à Stains au pied de son immeuble alors qu'il voulait empêcher des racailles de mettre le feu à une poubelle, il tombe dans le coma, et décéde le 7 novembre.  : nous pouvons de nouveau constater que le mot « racaille » plaît à ce groupe. Ce terme englobe non seulement que la personne visée serait étrangère, mais également le fait que c'est un jeune. Constatez avec moi que si vous vous faites agresser par un français depuis huit générations, ce n'est rien ; si nous passons à un « étranger » – ayant la nationalité française, faut-il le redire –, cela devient nettement plus grave ; et si l'agresseur est un étranger (jeune en plus !) vous avez touché le jackpot : appelez la rédaction de TF1 pour vous faire filmer ! Car bien sûr, il faut entretenir la peur de l'Autre, surtout si l'autre n'a pas tout à fait le même teint ou le même accent que « nous » ;
  • Ces jeunes n'ont clairement aucune retenue et se comportent plus comme des sauvages que comme des être humains. On est loin du cliché mensonger répandu par la presse : les pauvres petits « issus » de milieux et de quartiers défavorisés, victimes des Français racistes, et cherchant à la sueur de leur front un travail pour s'intégrer.
    Il est bien évident qu'une telle barbarie ne peut-être motivée que par une haine profonde, une haine anti-Française en l'occurrence, et qu'il faut être aveugle ou malhonnête pour ne pas le reconnaître, comme beaucoup le font ici et en France.
    . Cette fois, nous venons d'atteindre le point de non-retour : non seulement le jeune est une « racaille » du moment où il vit en banlieue, mais en plus, ce sont des sauvages. Mesdames et messieurs, constatons ensemble que le jeune ne pouvant prouver que sa famille est française depuis dix-sept générations(3), il est donc sous-évolué, paresseux et par conséquent profiteur du système qui le nourrit et le loge, il est haineux et ne souhaite que détruire les Français, qui lui ont tendu la main, l'autre largement appuyée sur le cœur et les yeux pétillants de bonté.

Mais – hélas ! – soyons réalistes : ce genre de groupes et donc de pensées existe, ce qui paraît entièrement aberrant pour le commun des mortels. Rappelez-vous que lors des dernières élections présidentielles françaises, un candidat se réclamant de la droite – et citant des personnages politiquement de gauche, mais ceci est une autre histoire… – proposait de créer un « Ministère de l'Immigration »… Nicolas Sarkozy, puisque tel est son nom, est désormais président de la République et depuis son élection, que s'est-il passé ? Nous avons vu apparaître les quotas de reconduite à la frontière d'émigrés, augmenter la difficulté pour faire renouveler ses papiers lorsqu'on est français mais né à l'étranger : citons par exemple les natifs d'Algérie à l'époque où celle-ci était encore un département français, qui se doivent de prouver leur appartenance à la nation française ! Ou encore un homme plusieurs fois décoré pour ses actions dans l'armée au cours de la Seconde guerre mondiale et de la guerre d'Indochine – son pays de naissance ! – qui se doit de justifier sa nationalité française… Parlons également des tests ADN, qui n'ont aucun intérêt réel : vous immigrez en France et vous décidez que votre famille doit venir vous rejoindre pour des raisons que la défense ne comprendra sûrement pas. Voici donc ce qui passe : l'enfant arrive et doit donc être « vérifié », comme un animal, pour être sûr que vous ne décidiez pas d'embarquer illégalement quelqu'un. Soit. Imaginons alors que l'émigré doive assumer la charge d'un neveu, d'un cousin, etc. et qu'il décide de rapatrier l'enfant vers son pays pour garder un œil sur lui. Que se passe-t-il grâce aux tests ADN ? « Ceci n'est pas votre enfant, merci d'avoir joué » ? De plus, selon la législation en vigueur, le test génétique ne peut et ne doit servir que dans le cas d'une « affaire judiciaire »[]. Non seulement nous pouvons imaginer les dérives que cette loi, si elle avait été acceptée telle qu'elle, aurait pu entraîner, mais aussi les contradictions entre les lois de bioéthique et la législation sur l'immigration !

Parlons également du discours prononcé en juillet 2007 à l'Université de Dakar au Sénégal par le président[] et voyons à quel point sa vision de l'homme autre que français – ou hongrois, à l'extrême rigueur – est galvaudée :

  • Ils ont voulu convertir l'homme africain, ils ont voulu le façonner à leur image, ils ont cru qu'ils avaient tous les droits, ils ont cru qu'ils étaient tout puissants, plus puissants que les dieux de l'Afrique, plus puissants que l'âme africaine, plus puissants que les liens sacrés que les hommes avaient tissés patiemment pendant des millénaires avec le ciel et la terre d'Afrique, plus puissants que les mystères qui venaient du fond des âges.

    — Nicolas Sarkozy

    Excellent début où nous pouvons constater, mesdames et messieurs, que le président atteint le crétinisme total : les Africains sont des gens déguisés en sorciers vaudou, en lien avec la « terre d'Afrique » d'où ils tirent leurs super-pouvoirs ! Nous avons donc un ensemble de Superman tirant leurs pouvoirs du sol, car il est bien connu que l'Africain est bien trop limité intellectuellement pour faire quelque chose de lui même. Mais rassurez-vous, nous n'avons pas tout découvert encore !

  • Et la France n'oublie pas ce sang africain versé pour sa liberté.

    — Nicolas Sarkozy

    La France n'oublie pas ce sacrifice, en effet… Vous rappelez-vous d'Indigènes[], ce film sorti en 2006 retraçant la vie de plusieurs militaires français. Sauf que… si vous vous souvenez bien, ce dont je n'oserais douter, ces fameux « indigènes » n'étaient pas les Français aux yeux bleus issus de la Vendée profonde, mais des hommes vivants dans les colonies de l'époque. Ces hommes ont-ils tiré un avantage d'avoir combattu lors de cette guerre ? Aucun : leur pension militaire leur permettait, au mieux, de survivre dans des conditions misérables, tandis que les combattants de la métropole touchaient dix fois plus que leurs frères d'armes musulmans[] ! Le gouvernement n'aura jamais mis que soixante ans pour réaliser cette « erreur »…

  • Je suis venu vous dire que l'homme moderne qui éprouve le besoin de se réconcilier avec la nature a beaucoup à apprendre de l'homme africain qui vit en symbiose avec la nature depuis des millénaires.

    — Nicolas Sarkozy

    Le fait que l'homme politique représentant la France – soit environ soixante-cinq millions de personnes – ose tenir des propos pareils est tout simplement honteux. Messieurs les jurés, j'affirme que considérer « l'homme africain » – le terme qu'utilise le chef de l'État à de nombreuses reprises dans son « discours » (un tel texte mérite-t-il encore ce nom ?) – comme un imbécile heureux capable uniquement de voir la beauté de la Nature est stupide, réducteur et même, osons le dire : raciste. Mettons-nous d'accord : bien que Sarkozy ne produise pas lui-même ses discours, je crois me souvenir qu'il les lit et cautionne donc les écrits d'un autre ; or ici, que devons-nous raisonnablement comprendre ? Que l'Africain lambda aime câliner les arbres, faire pousser des fleurs… et ce serait donc tout ? Je n'ose croire qu'un être humain soit limité à un travail manuel sous prétexte de vivre sur un continent déterminé et que les pratiques intellectuelles ne soient réservées qu'à une élite évidemment européenne.

  • Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l'idéal de vie est d'être en harmonie avec la nature, ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles

    — Nicolas Sarkozy

    « L'homme africain », puisque telle est sa dénomination, n'est donc pas entré dans l'Histoire : oublions donc messieurs Léopold Sédar Senghor[] et Aimé Césaire[], qui ont inventé le concept de négritude. Césaire définira même ce terme comme le rejet d'une certaine image du Noir paisible, incapable de construire une civilisation. Dire que le discours présidentiel l'aurait échauffé est donc un bel euphémisme ! Citons également Nelson Mandela, l'illustre inconnu qui ne fut que le premier président noir de l'Afrique du Sud après près de cinquante ans d'apartheid légal – sans compter les siècles précédents où il n'y avait certes pas de lois, mais pas de meilleur traitement des personnes non blanches – et un des leaders de l'opposition organisée contre les discriminations raciales dans ce pays… Oublions également les différents conflits que l'Afrique connut au fil des siècles ainsi que les périodes politiques stables et enfin, oublions que l'Afrique n'est jamais que le berceau de l'humanité. Rappelez-vous que les Homo sapiens n'étaient que quelques dizaines de milliers à l'origine et que peu à peu, ces derniers conquirent l'Europe, l'Asie et même l'Amérique. Comment pouvons-nous parler de renvoyer les gens chez eux alors que nous-même sommes des immigrés, certes moins récents, mais immigrés quand même ?

  • Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n'y a de place ni pour l'aventure humaine, ni pour l'idée de progrès.

    — Nicolas Sarkozy

    S'il n'y a ni « aventure humaine » ni « idée de progrès », pourquoi devrions-nous nous inquiéter pour le devenir du continent africain ? Leurs habitudes sont immuables, comme le soutient la défense : en effet, nos lointains cousins sont en lien avec la « terre d'Afrique » et nous, les Français, devons prendre exemple sur le fameux « homme africain » vivant en symbiose avec la nature. Mis à part la botanique, rien ne les passionne, ils restent dans leur monde digne d'Avatar. Nous pouvons donc autoriser les génocides, diverses guerres et les pires atrocités sous prétexte que c'est « habituel », puisque leurs us sont figés.

J'en viens à parler des États-Unis, où, rappelez-vous mesdames et messieurs les jurés, la ségrégation sociale a perduré jusque dans les années soixante (la loi qui interdisait les mariages mixtes tomba en… 1967 !)[], séparant ainsi les Blancs du reste de la population et surtout des Noirs. Si vous souhaitez avoir une idée des désastres de cette politique, parlons donc de Black Boy, l'autobiographie de Richard Wright qui raconte son enfance au début du XXe siècle. Quand vous voyez que la richesse de cet enfant constitue à manger des gaufrettes à la vanille après son repas tandis que ses camarades ont un menu complet, ne pensez-vous pas qu'il y a un problème ? La défense, qui lâchera un méprisant « il n'a qu'à travailler pour se payer à manger comme tout le monde » ne se rend absolument pas compte des conséquences de la ségrégation ! L'auteur étant Noir, ses chances de trouver un travail intéressant sont quasiment nulles, quant à un salaire alléchant, autant oublier de suite… Il se privera donc du superflu, mais également et surtout du nécessaire pour réussir à conserver un logement insalubre.

Plus proche de nous et donc encore plus frappant, citons également John Howard Griffin qui décida de prendre un traitement dont les effets secondaires rendaient la peau noire (lors d'une exposition importante aux rayons ultra-violets) afin de vivre la ségrégation, soit disant inexistante depuis l'abolition de l'esclavage un siècle auparavant. On le suit dans les hôtels sordides, réservés uniquement aux Noirs, les magasins… où il repassera une fois sa peau redevenue blanche, l'attitude des gens changeant radicalement(4). Étrange, non ? Enfin, constatons que les États-Unis ont tenté de résoudre le problème, même si les discours racistes et les stéréotypes n'ont toujours pas disparu des esprits… contrairement à d'autres pays bien plus proches géographiquement de nous.

En Italie, des mesures ont été prises contre les voleurs, violeurs, mangeurs de poules, voleurs de cuivre : en effet, les Roms se voient désormais privés des rares aires d'accueil dont ils pouvaient disposer, car ces dernières sont rasées sur ordre du gouvernement[]. Mais également, car ce pays ne fait pas les choses à moitié, ils peuvent désormais être expulsés de ce pays ô combien « chaleureux »[] ! Pour quelle raison ? À cause d'un meurtre, oui, messieurs les jurés, un seul meurtre commis par un Rom contre une Italienne, l'Italie refuse désormais d'accueillir le reste de ces populations non sédentaires. Les mesures instaurées sont dignes de l'avant-guerre : les Roms doivent être fichés avec leurs empreintes digitales, leurs enfants peuvent être retirés s'ils ne sont pas « éduqués »… Que la défense nous explique donc comment ces personnes peuvent inscrire leurs enfants dans des écoles sans que ceux-ci soient stigmatisés ? Comment les laisser pour une année dans un endroit où les parents ne sont pas sûrs de bénéficier de conditions décentes pour habiter, ni même de ne pas subir le racisme latent – voire même, pour les Italiens les plus extrêmes, le racisme exacerbé – du lieu où ils se trouvent ? Remarquez que les conditions en France ne sont pas enviables : toutes les villes de plus de 5 000 habitants se doivent de posséder une aire de voyage avec l'eau courante, l'électricité et un accès à des sanitaires. Trop souvent, que constatons-nous ? Ces endroits sont inexistants, et quand ils existent, les conditions sont généralement déplorables : sanitaires sales, pas d'eau courante… Pouvons-nous réellement parler d'égalité, une notion inscrite sur tous les frontons de mairies ? Tellement peu de communes respectent la « loi Besson »[], qui officie désormais en temps que… ministre de l'Immigration !

Voici, mesdames et messieurs, la démonstration que nous vivons dans une société ouverte et tolérante, prête à aider n'importe qui, du moment qu'il ne soit ni Noir, ni Arabe, ni Rom, ni Chinois, etc. et qu'il soit « fier d'être Français ». Pour terminer dignement ce vibrant réquisitoire contre le racisme latent de notre société, je tenais à vous signaler qu'actuellement, je ne vois aucune fierté à être française : les mesures défendues et prises par le gouvernement me rebutent, nécrosant les bases de la fraternité qui se crée grâce à la compréhension mutuelle et non par le repli sur ses acquis. Cette notion ne peut se développer qu'à partir du moment où l'on accepte d'aller vers l'autre et de reconnaître que notre point de vue n'est pas le seul qui existe, et non en stigmatisant ceux qui ne partagent pas notre histoire depuis des générations. Je tiens donc à signaler la lettre de Mouloud Baubérot[], écrite en réponse à une tribune de Nicolas Sarkozy sur l'« identité nationale », dans laquelle il développe les contradictions du discours présidentiel quant à cette fameuse identité.

J'assume de ne pas être fière de ce que devient mon pays, ancien symbole de liberté pour n'importe qui, quelle que soit son origine ou sa religion ; et j'ajouterai même que ce nationalisme exacerbé me donne envie de vomir.

Messieurs les jurés, jugez en votre âme et conscience cette situation.

Pour aller plus loin…

  • Un long Chemin vers la liberté de Nelson Mandela ;
  • Dans la Peau d'un Noir de John Howard Griffin ;
  • Black Boy de Richard Wright.

  1. (1) Il ne faut pas oublier que la dernière vague d’immigration massive s’est déroulée entre 1945 et 1970.
  2. (2) Rappelez-vous que nous en sommes à la première, voire à la deuxième génération « d’enfants d’immigrés », ce qui signifie qu’ils sont nés en France et par droit du sol[], sont autant Français que vous ou moi !
  3. (3) Voltaire se moquait des quartiers de noblesses dans Candide… au XVIIIe siècle !
  4. (4) Son expérience complète peut être lue dans son livre, intitulé Dans la Peau d'un Noir.

Acte d'accusation :
Chronique d'une xénophobie ordinaire




Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 70

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 71

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 72

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 73

La parole est à la défense


Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 112

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 113

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 114

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 115

L'an
Notice: Undefined offset: 2017 in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 140
,
Le 21 octobre à huit heures.

Nous, accusateurs
en fonction

Combattant pour le retour d'un genre humain moins dépravé,
Étant au service
Poursuivant l'enquête en matière de flagrance humaine,
Avons mandé et constatons que se présente à nous :

« Chronique d'une xénophobie ordinaire »

Envie de réagir à ce procès verbal ? Exprimez votre haine face à cette opinion ex cathedra !


Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 70

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 71

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 72

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 73

(Note ajoutée au dossier en deux mille dix, le 20 janvier à midi par Robert)

Un article intéressant quoiqu'un peu extrême dans son argumentation, même si cela ajoute à son intérêt !

Et même si on sait que cela ne changera pas grand chose, ça vaut la lecture ; )


Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 70

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 71

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 72

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/38/d222425658/htdocs/LaParoleEstALAccusation/header.php on line 73

Crachez votre fiel



Remarques et commentaires, addendums du dossier :